Pourquoi fumer du CBD est déconseillé ou interdit ?

Fumer du CBD : légal ou interdit ?

Depuis quelques années, le CBD fait beaucoup parler de lui. Ce cannabis allégé  se développe en raison de ses nombreux bienfaits. Il est donc légitime de se demander si fumer du CBD est légal ou interdit. Dans cet article, faisons le point sur la légalité de cette substance dans différents pays.

Fumer du cannabis ou de la marijuana est illégal dans la plupart des pays du monde, bien qu’il y ait certains pays européens plus permissifs comme Amsterdam au Pays bas ou encore Barcelone en Espagne. En ce qui concerne le CBD, substance non psychotrope, si le fumer est déconseillé, il ne s’agit pas d’une interdiction. Le consommateur est libre de l’usage final qu’il en fait. A l’inverse il est interdit à une boutique de le commercialiser comme un produit à fumer. Pour la législation française, le CBD est légal si son taux de THC est inférieur ou égal à 0.2%.

La législation est encore balbutiante, car probablement le CBD souffre de la réputation sulfureuse de la plante de cannabis, et de la difficulté de distinguer le cannabis stupéfiant (THC) du cannabis CBD, non stupéfiant. Cela dit, d’un point de vue strictement sanitaire, fumer du CBD n’est pas forcément la meilleure façon de prendre du CBD. La fumée étant un agent toxique pour l’organisme et cela quelle que soit le composant, tabac ou CBD.

La dépréciation

Fumer de l’herbe ou de la marijuana provoque toute une myriade d’effets secondaires, dont la somnolence, la perte de pensées, la difficulté à se concentrer, un temps de réaction très lente, une sensation de distorsion temporelle, une perception modifiée du temps et de l’anxiété. Tous ces symptômes peuvent interférer dans la vie quotidienne de la personne qui fume du cannabis. Un individu qui conduit une voiture ou un véhicule dans un état d’ébriété ou d’état de conscience modifiée ne dispose de ses réflexes optimum.

Les dangers du tabagisme

Fumer du cannabis CBD présente des dangers potentiels, même si celui-ci ne provoque pas l’affaiblissement des facultés et les effets secondaires du cannabis de base (au THC). Le Drug Enforcement Administration aux États-Unis affirme que la marijuana contient quatre fois plus de goudron que ce que l’on trouve dans une seule cigarette. Cela peut augmenter le risque de développer des troubles pulmonaires et certains types de cancer. Fumer du CBD réduit également le nombre de globules blancs alors que ces derniers sont des agents importants pour protéger le système immunitaire et mieux combattre la maladie. Le CBD considéré comme plutôt bienfaisant pour la santé lorsqu’il est ingéré de façon orale, ou même par vapotage (jusqu’à preuve du contraire) ; Cependant le fumer lui fait perdre une partie de son intérêt sanitaire (prouvé ou supposé) !

Une drogue de rue

Concernant le cannabis THC, il est considéré comme une drogue de la rue parce qu’il peut être acheté et consommé dans la rue. Toutes les ventes de cannabis qui ont lieu dans la rue sont considérées comme illégales. Le commerce de la drogue dans la rue peut mettre plusieurs vies en danger, y compris ceux des enfants. Pour fumer du cannabis, il faut l’acquérir, ce qui représente un danger pour la santé et la sécurité personnelle du consommateur.

Certains pays d’Europe où consommer du CBD sont approuvés par la loi

Il y a une grande différence entre fumer et consommer du CBD de façon alimentaire. Le CBD consommé en infusions, huiles, ou vapotage ne pose aucun problème légal dans la plupart des pays d’Europe. La différence réside dans le taux de THC autorisé par les différents pays d’Europe, moins de 0.2% en France. Fumer cette substance n’est pas strictement interdit par la loi en France. Le consommateur n’est pas passible de sanction; cependant les pouvoirs publics et les instances sanitaires le déconseillent. Vendre du CBD en le présentant comme substance à fumer est interdit.

Les Pays-Bas

Bien que de récentes mesures gouvernementales aient donné l’impression que les Pays-Bas allaient devenir moins tolérants à l’égard de la consommation de cannabis et de CBD, le maire a promis que les cafés de la ville continueraient à servir la population locale et les touristes. Après tout, 1,5 million de touristes viennent à Amsterdam pour profiter de ce plaisir controversé ou même interdit si on parle du cannabis psycho actif (THC). On y trouve de la marijuana dans les biscuits, les boissons et les joints.

L’Espagne

L’Espagne a un système de lois compliqué. Sur place, le cannabis n’est pas décriminalisé, mais on peut l’utiliser en privé. Le nouveau règlement est en vigueur depuis les années 90. Si vous vous faites prendre avec des opioïdes en public, vous ne serez pas emprisonné, mais vous pourriez payer une amende d’environ 293 euros. En Espagne le CBD est autorisé sous forme de baumes, huiles, mais là aussi la législation est floue et le fumer peut tomber sous le coup de la loi.

La situation en 2020

Un certain nombre de pays européens ont déjà fait un pas vers l’adoption du cannabidiol. C’est le cas de l’Allemagne qui autorise l’utilisation du CBD si la teneur en THC ne dépasse pas 0,2%.

Aux Pays-Bas, il existe une politique dite « de tolérance » qui interdit la vente de cannabis, mais qui ne prévoit pas une poursuite judiciaire si on le fait dans les cafés. Par ailleurs, les graines de chanvre et le CBD ne sont pas concernés par la loi néerlandaise sur les stupéfiants. La vente de l’huile de CBD est donc légale.

Au Royaume-Uni, les produits CBD provenant du chanvre sont autorisés s’ils sont commercialisés sous forme de complément alimentaire et ne font pas l’objet de réclamations médicinales.

En Espagne, le CBD est légal tant qu’il provient de chanvre industriel ne contenant pas plus de 0,2% de THC.
Etant le deuxième producteur de chanvre industriel en Europe, l’Italie est l’un des pays à initier les dispositions pour la légalisation de la culture du chanvre. Celle-ci est légale si la teneur en THC est de 0,6% au plus.

Législation du CBD dans le monde

Aux Etats-Unis, la législation du CBD dépend des différents Etats. Chaque Etat a sa propre législation. Au Canada, l’usage thérapeutique de la marijuana est autorisé depuis 2001. Chaque Canadien peut détenir en public 30g de cannabis légal au plus.

En Amérique latine, l’Uruguay est le premier pays au monde à avoir légalisé la production de cannabis. Depuis 2013, les Uruguayens ont le choix entre cultiver du cannabis, s’en procurer en pharmacie ou se rendre dans un club cannabique. Dans les autres pays de l’Amérique latine, dont le Chili, l’Argentine, le Mexique, le Pérou et la Colombie, la consommation de cannabis thérapeutique est autorisée. En ce qui concerne le CBD, seuls l’Uruguay et la Jamaïque ont légalisé ce produit.

En Asie, très peu de pays autorisent aujourd’hui la consommation et la vente du cannabis. La Corée du Sud, le Sri Lanka et la Thaïlande le légalisent, mais sous forme de cannabis thérapeutique. Aucune loi sur le CBD n’existe dans ce continent. Toutefois, la Malaisie et la Thaïlande réfléchissent déjà à son autorisation à des fins médicales.
En Afrique, seule l’Afrique du Sud autorise la consommation de cannabis et de CBD. Le Lesotho et le Zimbabwe le légalisent sous forme thérapeutique.

 

 

 

Comments

  1. Joseph Ramu says:

    Fumer de la fleur de CBD ne me semble pas réellement interdit, car c’est pas de la weed classique. Est-ce la loi qui manque de clarté ou cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *