Le CBD et son impact incroyable sur le système nerveux

Le CBD et son impact incroyable sur le système nerveux

Le cannabidiol, communément connu sous l’abréviation CBD est un des plus célèbres composants du cannabis. Il s’agit d’un cannabinoïde unique en son genre, car il est utilisé pour diverses applications thérapeutiques. Nous allons nous focaliser sur ses différents effets sur le système nerveux.

THC vs CBD

À part le THC, le CBD est aussi un autre composant très connu du cannabis. Le CBD ne provoque aucun effet psychotrope contrairement au THC qui est à la fois psychoactif. Néanmoins, le CBD augmente et régule à la fois les effets du THC et des autres cannabinoïdes. En outre, le CBD a quand même un impact significatif, même dépourvu de THC. Puisqu’il n’est pas psychoactif comme le THC, il ne présente pas des effets très visibles que ce dernier. Pour que vous puissiez comprendre pourquoi le CBD ne présente qu’un moindre impact, il faut d’abord savoir comment il agit sur le cerveau, et comment celui-ci le traite.

Le CBD est-il vraiment non-psychoactif ?

Il faut dire que l’étude du cerveau humain est une science plutôt compliquée. La communauté scientifique en sait davantage au sujet de l’astrophysique la plus compliquée qu’elle n’en sait à propos du fonctionnement du système nerveux. Il y a un corps de recherche croissant en ce qui concerne l’interaction entre le cerveau de l’homme et les cannabinoïdes. Vers 1960, des scientifiques israéliens ont pu identifier la composition chimique du CBD et du THC. Cela a aussi permis de découvrir la présence du système endocannabinoïde au sein de notre corps. Il s’agit d’un système avec lequel le corps interfère à l’égard des cannabinoïdes.

Ce système endocannabinoïde possède des récepteurs de cannabinoïdes dans tout le corps. Ces récepteurs sont directement reliés au système nerveux qui est lui-même rattaché au cerveau. Sans aller trop loin au sein de la neuroscience, on peut conclure que certains éléments chimiques provoquent diverses réactions selon les récepteurs. Pour les récepteurs CB1 et CB2, il semble que le CBD diminue la réponse. D’autres récepteurs vont se lier avec le CBD et naîtront par la suite une connexion neuronale via les synapses du cerveau.

Le DBD et les autres composés chimiques du cerveau

Le récepteur 5-HT1A joue un rôle important dans la neurotransmission de la sérotonine (un élément du cerveau qui se charge de contrôler l’humeur). Il est relié à la médiation de la dépression et de l’anxiété. Certains scientifiques pensent que le CBD est doté de propriétés anxiolytiques. Il se peut qu’il y ait un effet d’entourage, car il augmente naturellement les endocannabinoïdes qui sont des cannabinoïdes créés par le corps.

Le CBD impacte également sur d’autres produits chimiques non-cannabinoïdes. On le soupçonne de troubler les récepteurs d’opioïdes, ce qui fait du cannabis un meilleur traitement contre la dépendance aux opiacés. D’autres composés chimiques comme la dopamine et l’anandamide interagissent aussi avec le CBD. Le second a effectivement un impact sur la joie chez l’être humain. On croit également que le CBD a un effet sur la croissance des neurones au niveau de l’hippocampe. En allongeant ce dernier, la gestion de l’anxiété ainsi que la mémoire sont améliorées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *